Démocratie carbonée.

510GxpPV8lL._MITCHELL Timothy

Carbon democracy. Le pouvoir politique à l’ère du pétrole, Paris, La Découverte, 2013.

Le sujet est énoncé dans la première phrase : «les combustibles fossiles ont contribué à créer la possibilité et à définir les limites de la démocratie moderne» (7). Autrement dit, le charbon puis le pétrole ont contribué à définir les conditions de possibilité en même temps que les conditions d’impossibilité de ce que nous nommons « démocratie ». Le livre propose une histoire couplée de la démocratie et de l’industrie du pétrole au XXe siècle, histoire croisée des forces de travail (qui peuvent éventuellement cesser de travailler) et des flux d’énergie.  Nous ne reprendrons pas les éléments de cette histoire, mais dégagerons seulement quelques unes des thèses fortes du livre, à commencer par la première : apprendre à « concevoir la démocratie non comme l’histoire d’une idée ou l’apparition d’un mouvement social, mais comme un assemblage de machines » (133).

Suivre la piste du carbone, c’est suivre toutes les ramifications des énergies fossiles et conjuguer ce qui semble opposer : les sabotages et la consommation, la violence de la guerre et le spectacle de la démocratie. Suivre la piste du carbone, c’est suivre la piste de ses transformations (physico-chimiques et socio-techniques) : « qui supposent l’établissement de liens et alliances qui ne respectent pas la distinction entre le matériel et l’idéel, l’économique et le politique, le naturel et le social, l’humain et le non-humain, ou la violence et la représentation » (15). Du charbon au pétrole, on change de matière, on change aussi d’idée, etc. Le charbon, de bois ou de terre, est solide, le pétrole est liquide. Or, cela change beaucoup ses procédés d’extraction, de transport, de transformation. D’un côté des réseaux dendritiques, c’est-à-dire un tronc principal muni de multiples branches, de l’autre des réseaux qui avaient plutôt des propriétés de la grille ou du réseau électrique. « Ces changements dans la manière dont l’énergie fossile était extraite, transportée et utilisée ont rendu les réseaux énergétiques moins vulnérables aux revendications politiques des travailleurs qui les faisaient fonctionner » (50).

Du charbon au pétrole. Le développement technique, la colonisation, et l’accès aux réserves de charbon participent tous trois de la révolution industrielle et du mode de vie énergivore. Cette époque du charbon a aussi était celle des luttes pour les droits des travailleurs, l’époque des grèves générales. « Ce qui manquait auparavant, ce n’est pas la conscience politique ni un répertoire de revendications, mais un moyen effectif de contraindre les puissants à écouter ces demandes » (31). La thèse vise à retirer le premier rôle à la conscience de classe, pour le donner à la capacité d’action socio-technique propre aux mineurs, aux dockers, aux cheminots. Entre le charbon et le pétrole, c’est le potentiel démocratique qui s’est trouvée bouleversé. Lorsque l’auteur parle de pétrole, il ne parle pas seulement de l’or noir, mais de tout le matériel technique qui rend possible sa production, sa diffusion, et son exploitation, c’est précisément en prêtant attention à l’ensemble du système technique que Mitchell a pu comprendre ce qu’il a compris (et si sa thèse est juste, ce que les firmes pétrolières avaient très bien compris) : le système pétrole avait un potentiel démocratique plus petit que celui du charbon, en ce sens qu’il était plus apte à canaliser les luttes des travailleurs. Si bien, que comme l’écrit Julien Vincent dans son introduction à Petrocratia, « les ouvriers du pétrole, contrairement aux mineurs ou aux cheminots, sont absent de notre imaginaire collectif des « conquêtes sociales » ». L’histoire socio-technique de l’énergie de Timothy Mitchell, comme celle Bruce Podobnick de son côté, nous permet de comprendre comment le pétrole quoique plus cher que le charbon, s’est imposé : il montre, en effet, comment un des objectifs du plan Marshall était d’encourager le recours au pétrole afin d’affaiblir les mineurs et leurs syndicats et d’arrimer les pays européens au bol occidental.

Pétrole et démocratie. «D’une étude consacrée à la démocratie et au pétrole, ce livre est ainsi devenu un travail sur la démocratie comme pétrole – comme forme de politique dont les mécanismes impliquent à de multiples niveaux, des processus de production et d’utilisation de l’énergie carbonée» (12). Dès l’introduction Mitchell critique un lieu commun selon lequel plus un pays produit de pétrole, moins il est démocratique (et son dernier chapitre s’évertuera, sous le nom de MacDjihad, à prolonger cette critique). Ce lieu commun s’accompagne d’une conception erronée de la démocratie : celle-ci serait une idée, une mentalité, une culture politique. Or, il ne faut pas confondre démocratie et démocratisation, car il est historiquement fondé que l’une n’entraîne pas l’autre – tout le livre laisse croire que nous ne vivons pas du tout dans une saine démocratie. Selon l’auteur, le pétrole et la politique industrielle qu’il a suggérée ont diminué les possibilités de revendications politiques, aussi bien dans les pays qui dépendaient de sa production que dans ceux qui dépendent de son usage. Pour éviter la concurrence, en l’occurrence celle du Moyen-Orient, les compagnies pétrolières fabriquèrent de la rareté et développèrent une méthode de sabotage, analogue à celle des travailleurs du charbon. Car il faut bien comprendre que « la politique énergétique implique tout autant le pouvoir d’interrompre le flux énergétique que d’assurer son approvisionnement » (16). Ce livre retrace donc l’histoire du « développement de la firme pétrolière internationale, qui devint le principal outil pour continuer, à distance, à limiter l’offre de pétrole. Par firme transnationale, j’entends ici la formation d’une “zone technologique”, à savoir un ensemble coordonné mais largement dispersé de réglementations, de dispositifs de calcul, d’infrastructures et de procédures techniques permettant de régir certains objets ou certains flux » (52) [cf. Andrew Barry, « Technological zones », 2006].

Démocratie et économie. Qu’est-ce que la démocratie ? Les revendications sociales des travailleurs ? Mitchell fait référence à Rancière (La Haine de la démocratie, 2005), pour qui les luttes de démocratiques sont un combat contre une logique de distribution considérant certaines affaires comme publiques et d’autres comme privées. « Le mot “démocratie” a deux significations. Il renvoie d’une part aux moyens de revendiquer de façon efficace un monde commun plus juste et plus égalitaire ; il désigne de l’autre un mode de gouvernement des populations qui, en divisant le monde commun, utilise le consentement populaire pour limiter l’aspiration à plus d’égalité et de justice. Par exemple, la pratique du gouvernement peut distinguer un espace privé régi par les règles de la propriété, un monde naturel régi par les lois naturelles, et des marchés régis par les principes de l’économie. Les luttes démocratiques sont ainsi un combat pour la distribution des domaines : elles tentent de transformer en question d’intérêt public des questions que d’autres présentent comme étant d’ordre privé (le niveau de salaire fixé par le patron), comme relevant de la nature (l’épuisement des ressources naturelles ou la composition des gaz de l’atmosphère), ou comme étant régies par les lois du marché (la spéculation financière). À partir du milieu du XXe siècle, cette “logique de distribution” a commencé à désigner un vaste et nouveau domaine de gouvernement, dont les règles imposaient une limitation aux revendications politiques alternatives : ce domaine, c’est que nous appelons aujourd’hui l’“économie” » (17). Notre démocratie a été réinventé en même temps que l’idée qu’il y aurait à côté d’elle, quelque chose que l’on a nommé l’économie, et que l’on a construite comme un domaine d’expertise qui sort du débat démocratique (cf. « L’économie du carburant »). C’est la thèse du livre la plus audacieuse, et donc la plus discutable : l’économie, comme telle, comme discipline séparée (de l’économie politique), aurait été inventé dans les années 1930, avec la naissance d’un nouveau type d’expertise, de planification. À côté de la matière et de ses flux, et du travail et de ses forces, un nouvel espace, ni tout à fait naturel ni tout à fait social, est venu s’intercaler : l’économie. « Dans les premières décennies du XXe siècle, le débat entre les économiste fait rage : les uns voulaient que la science économique parte des ressources naturelles et des flux d’énergie ; les autres voulaient organiser la discipline autour de l’étude des prix et des flux monétaires. C’est le second groupe qui a remporté la bataille, créant à partir de la mesure de la monnaie et des prix un nouvel objet : l’“économie” ». (158). La circulation monétaire peut croître sans devenir physiquement plus grosse et « le pétrole contribua à la nouvelle conception de l’économie en tant qu’objet qui pouvait croître sans limites » (167). L’économie comme chose séparée de la politique et de la société, telle que décrite par Keynes dans sa Théorie générale en 1936, supposait l’existence de techniques de comptabilité nationale et de représentations statistiques qui sont à l’origine de la notion moderne de croissance ; et cette nouvelle économie de croissance (définie comme par la quantité de monnaie échangée) reposa sur l’abandon de l’étalon or et l’émergence progressive d’une monnaie indexée sur le pétrole. « La démocratie moderne, écrit Julien Vincent dans sa préface à Pétrocratia, est le produit de ces alliances complexes entre le pétrole et la monnaie. Elle est aussi la conséquence du simple fait que les ouvriers du pétrole n’ont pas pu se constituer en force autonome. Depuis les grèves de Baku en 1905 jusqu’à aujourd’hui, les mêmes enjeux répétés à travers le monde conduisant aux mêmes solutions, l’argument de la sécurité nationale ou internationale a toujours été brandi pour justifier l’intervention de la force contre les tentatives de grève générale ».

En 1930, on avait donc l’économie et le développement : « Désormais, l’“économie” deviendrait l’objet central de la politique démocratique en Occident – un processus qui aurait pour corollaire, dans le reste du monde, l’apparition du “développement” » (150). En 1970, on aura la croissance et l’environnement : « Les préoccupations en matière d’épuisement des réserves de pétrole coïncidèrent avec l’apparition d’une politique des “limites de la croissance” et de la protection de l’“environnement” qui devait servir d’alternative à celle de l’“économie”. Curieusement, les compagnies pétrolières elles-mêmes à favoriser la fabrication de l’“environnement” comme objet politique rival » (226).

Pétrole et climat. Le constat semble sans appel : notre « mode de vie n’est pas soutenable, et il se trouve aujourd’hui confronté à une double crise qui entraînera sa fin. Tout d’abord, la découverte de nouveaux gisements pétroliers ne suffit pas à commencer l’épuisement des ressources existantes. []. La seconde crise est liée au fait qu’en utilisant ces sources d’énergie, l’humanité a “involontairement menée une expérience géophysique de grande ampleur”, selon la formule employée il y a prêt d’un demi-siècle, en 1965, par le Science Advisory Committee du président des Etats-Unis. […]. L’une des limites majeures que le pétrole impose à la démocratie est la suivante : la machinerie politique apparue pour gouverner l’âge des combustibles fossiles, et qui est en partie le produit de ses formes d’énergie, pourrait se révéler incapable de faire face aux événements qui précipiteront sa fin. » (13-14). Une des différences essentielles entre la question du pétrole et celle du climat, c’est qu’il existe aujourd’hui une science du changement climatique, mais qu’il n’existe pas de science du pic pétrolier. « La séparation de la nature et de la politique a été maintenue non pas tant par l’autorité de la science et de l’ingénierie à grande échelle, qui a monopolisé le discours sur la nature, que par le travail d’économistes qui ont instauré entre les deux un vaste no man’s land. La production d’énergie – et notamment de pétrole – a fourni un terrain fertile à la l’établissement de division entre nature entre société, ou, comme le disent les compagnies pétrolières, entre ce qui est “sous le sol” et ce qui est “au-dessus du sol”. Cela explique pourquoi l’incertitude quant au système énergétique mondial est aujourd’hui le lieu où sont réalisés certains des efforts les plus vigoureux pour défendre et maintenir cette “économisation” qui sépare la nature de la société » (287-288).

Technique et démocratie. Mitchell ne cesse de lier démocratie et carbone, mais il condamne le déterminisme énergétique, soit l’idée que chaque forme d’énergie produisait un type de politique qui lui correspond, et insiste sur l’idée qu’« aucune forme d’énergie ne détermine les types de politiques, que l’énergie est un champ d’incertitude et non de déterminisme technique, et que l’élaboration de solutions aux besoins énergétiques futurs passe également par la construction de nouvelles formes de vies collectives. » (285). Ni malthusianiste, ni technologiste, Mithchell défend «  une position alternative, qui consiste à reconnaître, non que les êtres politiques sont déterminés par les forces naturelles, ou, inversement que le progrès continu de la science et de la technologie les affranchira des contraintes naturelles, mais que nous nous trouvons au beau milieu d’un nombre croissants de controverses sociotechniques » (284). « En remettant en cause deux frontière étanches – entre la nature et la société, et entre l’expert et le citoyen ordinaire –, les controverses techniques peuvent fournir des opportunités pour rebâtir des formes plus “techniques” de démocratie »  (287). Pour l’auteur, le problème démocratique n’est pas dans la mainmise de la technique ou de la science, celles-ci étant grosses de combats et de débats démocratiques, mais dans l’économie, qui s’accapare ou se sépare de questions relevant de la politique démocratique. « Reconnaître que la taille de la principale source de réserves conventionnelles – le golfe Persique – est une question techno-politique incertaine, et non une question économique ou une simple question de “ressources naturelles”, remet en cause la gestion économique de l’incertitude politique. C’est à partir de ce type de possibilité, et non pas d’une forme de déterminisme énergétique, que la politique future de l’énergie, et l’avenir de la démocratie carbonée, pourront se développer. » (300)

Pas de déterminisme technique donc, mais suivre de près le pétrole lui-même : « non pas parce que les propriétés matérielles ou la nécessité stratégique du pétrole déterminent tout le reste (au contraire, comme nous l’avons vu, il a fallu faire beaucoup d’efforts pour produire la “dépendance stratégique” des Etats-Unis par rapport au pétrole du Moyen-Orient), mais parce qu’en retraçant les connexions entre les oléoducs et les stations de pompage, les raffineries et les voies d’approvisionnement maritimes, les systèmes routiers et la culture de l’automobile, les flux de dollar et le savoir économique, les experts en armes et le militarisme, on voit comment certaines relations particulières ont été construites entre le pétrole, la violence, la finance, l’expertise et la démocratie » (301).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *