Les scénarios de l’écologie.

ScénarioEcoCe livre, déjà vieux (1996), a le mérite d’éclairer la position actuelle de Dominique Bourg. C’est un livre pédagogique, mais dont le point de vue est au mieux partial, au pire de mauvaise foi.

Les trois scénarios de l’écologie sont le scénario fondamentaliste, le scénario autoritaire, et le scénario démocratique. Aucun de ces trois scénarios n’a jamais vu le jour… Et à force de redouter les deux premiers, on oublie d’œuvrer au troisième.  Les travaux ultérieurs de D.Bourg qui œuvrent au troisième scénario, semblent avoir oublier les leçons d’Illich, de Gorz ou de Van Parijs.

I. L’idéologie économique en crise.

Selon Bourg, le socle commun à toute réflexion écologique est le refus de l’idéologie économique, au sens de Louis Dumont (13). L’idée néfaste est bien celle selon laquelle le cycle production-échange-consommation serait indépendant tant vis-à-vis de la nature que des autres dimensions de la société. Reprenant la doxa sur la modernité, Bourg explique que cette idéologie économique aurait hérité de l’ensemble de notre culture : le legs des Écritures, celui de l’attitude nouvelle vis-à-vis de la nature, de la technique et du travail propre à la chrétienté latine, celui de la philosophie politique des XVIIe et XVIIIe siècles, et enfin celui de la science galiléo-newtonienne. Cet héritage vacille, et c’est entre autres la raison d’être la bioéconomie (René Passet, Nicholas Georgescu-Rœgen, qui «récuse trois présupposés fondamentaux de l’économie néoclasssique : tout d’abord, l’idée d’un équilibre atemporel du marché ; ensuite, l’indépendance des cycles économiques vis-à-vis de la nature ; enfin, l’indépendance de ces mêmes cycles par rapport aux autres dimensions de la société» (26).

Les modalités du rejet de l’idéologie se répartissent entre deux positions extrêmes : «D’une part, le refus global et radical de l’idéologie économique, y compris la primauté fondamentale de l’individu sur le groupe. Tel est le cas de l’idéologie radicale (deep ecology). D’autre part, non plus le rejet de l’idéologie économique, mais son acception plénière. Tel est le cas de l' »écologie de marché » selon l’Américain Hardin qui prône l’extension absolue de la régulation par le marché» (28).Dominique Bourg expose pour sa part trois des modalités possibles de rejet de l’idéologie économique, ce sont les trois scénarios qui suivent.

 II. Le scénario fondamentaliste.

Ici, Dominique Bourg ne se distingue guère de la mauvaise lecture de Luc Ferry. Il écrit : «Je tiens la deep ecology pour potentiellement beaucoup plus nocive que ne l’a été le nazisme» (125). Cette affirmation est d’autant plus scandaleuse que bien des auteurs se retrouvent dans le même sac d’une deep ecology fantasmée et mal comprise : Aldo Leopold, Arme Naess, Paul.W.Taylor, John.B.Callicott.  En quoi la valeur intrinsèque de la nature est-elle nécessairement fondamentaliste, en quoi s’oppose-t-elle nécessairement à la valeur intrinsèque de l’humain, en quoi l’égalitarisme bio-centrique est-il incompatible avec la réalisation de soi ?

III. Le scénario autoritaire.

Ici, c’est Hans Jonas qui est discuté, à mi-chemin entre la deep ecology et le scénario démocratique. Si Jonas n’est pas fondamentaliste, c’est qu’«il n’y a pas ici négation du primat et de la supériorité de l’homme» (67). Si Jonas est autoritaire c’est qu’il pense la démocratie de marché incapable de relever le défi des générations futures, ce pourquoi il imagine une  «tyrannie bienveillante» toujours citée (Le Principe de responsabilité, 1990, p. 200).

À propos de Jonas, Bourg écrit : «Le « complexe capitaliste-libéral-démocratique » ne pouvait à ses yeux connaître d’autre logique que l’accroissement de la consommation et la satisfaction des intérêts immédiats. En conséquence de quoi, il fallait opposer à l’appétit insatiable des foules hédonistes la clairvoyance d’une « élite » seule capable d' »assumer éthiquement et intellectuellement la responsabilité pour l’avenir »» (73). La citation suivante annonce les réflexions futures de l’auteur : «Autrement prudente me paraît la double procédure de contrôle inhérente au fonctionnement des démocraties représentatives : le contrôle des élites par les citoyens, et celui des citoyens par les élites. Le mécanisme de la représentation parlementaire, les garanties afférentes à l’État de droit, rendent en effet possible un certain procès de décantation, une certaine mise à distance de la représentation nationale par rapport aux citoyens, sans pour autant livrer la représentation nationale à son propre arbitraire» (75).

IV. Les scénario démocratiques (Illich, Gorz et Van Parijs).

Ce qui est étrange disions-nous est qu’aucun des auteurs mentionnés dans ce chapitre pour penser le scénario démocratique ne sera mobilisé ultérieurement pour penser la démocratie écologique.

«Le scénario de l’écologie démocratique semble tout aussi nécessaire qu’improbable» (83). Et nous ajoutons : il est d’ailleurs d’autant plus improbable qu’on continue à croire au capitalisme vert.

V. Vraie et fausse écologie.

Les trois exigences de l’écologie démocratique sont :

  1. «offrir encore aux individus des perspectives d’amélioration de leur existence, mais sous une forme plus large que la seule accumulation de biens matériels.
  2. continuer à produire suffisamment de richesses pour faire face aux divers coûts de l’environnement, et tout particulièrement au coût de la recherche.
  3. apprendre à considérer l’intérêt des générations futures, et donc à respecter les grands mécanismes régulateurs de la biosphère, à prendre conscience de nos devoirs à l’égard de la nature» (99).

Bourg s’oppose donc à la décroissance, pour lui préférer la solution naïve conjuguant croissance et développement durable. Il reconnaît cependant des difficultés à l’écologie démocratique. La première est d’ordre culturel et concerne l’évolution des mentalités et du fonctionnement démocratique ; la deuxième concerne la place du travail dans la société ; la troisième vient de la coopération internationale qui ne fonctionne pas ; la quatrième tient à l’inertie générale de nos sociétés. Cela fait beaucoup de difficultés, d’autant plus grande qu’on se refuse à sortir du cadre des démocraties de marché. Ce pourquoi «il est malheureusement beaucoup plus probable qu’il faille compter sur la vertu pédagogique de quelques catastrophes pour ébranler nos mentalités et nos structures sociales» (118).

C’est l’aveu d’un renoncement. Il nous est tous arrivés d’y succomber…

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *