Les scénarios de l’écologie.

ScénarioEcoCe livre, déjà vieux (1996), a le mérite d’éclairer la position actuelle de Dominique Bourg. C’est un livre pédagogique, mais dont le point de vue est au mieux partial, au pire de mauvaise foi.

Les trois scénarios de l’écologie sont le scénario fondamentaliste, le scénario autoritaire, et le scénario démocratique. Aucun de ces trois scénarios n’a jamais vu le jour… Et à force de redouter les deux premiers, on oublie d’œuvrer au troisième.  Les travaux ultérieurs de D.Bourg qui œuvrent au troisième scénario, semblent avoir oublier les leçons d’Illich, de Gorz ou de Van Parijs. Continuer la lecture de Les scénarios de l’écologie.

Nature et politique.

flipoFLIPO Fabrice, Nature et politique. Contribution à une anthropologie de la modernité et de la globalisation; Éd. Amsterdam, 2014

Ce livre documenté, polémique, ambitieux, est dédié aux écologistes. Il a pour vocation de définir l’écologisme, qui n’est pas à rechercher, disons le tout de suite, dans le rapport des hommes à la nature. Il est question d’écologie, mais jamais de changement climatique, ni de pollution, ni de biodiversité, etc. Ce livre est un livre sur l’écologisme défini par les dualismes qu’il déplace, et c’est la Critique de la raison dialectique (I.1960, II.1985) de Sartrequi est mobilisée pour  comprendre le sens de l’écologisme. Ce livre se présente à la fois comme un livre d’histoire de la pensée (qui tente de mettre de l’ordre dans ce que l’auteur nomme l’écologisme) et de philosophie (qui tente de penser la modernité et la globalisation). Il se concentre sur la situation française, et restitue les controverses en même temps qu’il les tranche ; c’est un livre à charge dirigé contre un certains nombres de philosophes de l’écologisme, en particulier Luc Ferry et Dominique Bourg, d’historiens ou de sociologues de l’écologisme, en particulier Jean Jacob et Guillaume Sainteny, et certains penseurs de la démocratie, en particulier Marcel Gauchet.

Continuer la lecture de Nature et politique.

Vers une démocratie écologique.

démoecoBOURG Dominique, WHITESIDE Kerry, Vers une démocratie écologique. Le citoyen, le savant et le politique, Paris, Seuil, 2010.

Ce livre a fait beaucoup de bruit, et il existe, ici et là, des résumés, ou des compléments, comme cet article de La vie des idées : Pour une démocratie écologique.

Nos démocraties sont impuissantes à agir comme elles savent pourtant qu’elles le devraient ; ce pourquoi «le défi écologique est indissociablement un défi politique» ; «protéger la biosphère implique de repenser la démocratie elle-même». Si nous ne pouvons que saluer la prise de conscience à l’origine de ce livre, nous ne saurions partager ses solutions. Notre désaccord sur les solutions, provient d’un désaccord sur (au moins) deux prémisses théoriques : la question de l’écologie est celle de la Nature (or, ceci n’est vrai que pour un courant, aujourd’hui minoritaire, de l’écologie) ; la crise de la démocratie est une crise de la représentativité (or nous pensons que l’opposition de la démocratie participative à la démocratie représentative est une fausse piste, ou du moins n’est pas la seule). Continuer la lecture de Vers une démocratie écologique.

Marx écologiste.


marx écolo
Les citations suivantes, extraites du livre de John Bellamy Foster, Marx écologiste, Paris, Éd. Amsterdam, 2011, suffisent-elles à faire d’Engels ou de Marx des écologistes ?

« Trafiquer la terre : la terre qui est la condition première de notre existence, notre Hên kai pan – a été le dernier pas vers notre transformation en objet de trafic » (Engels, Esquisse d’une critique de l’économie politique (1843-1844), Éd. Allia, 1998, p. 33).

«L’homme vit de la nature signifie : la nature est son corps avec lequel il doit maintenir un processus constant pour ne pas mourir »(Marx, : Manuscrits de 1844, Éd. Sociales, 1962, p. 31). 

«Du point de vue d’une organisation économique supérieure de la société, le droit de propriété de certains individus sur des parties du globe paraîtra tout aussi absurde que le droit de propriété d’un individu sur son prochain » (Marx, Le capital, livre 3, tome3, Éd. sociales, p. 191). Continuer la lecture de Marx écologiste.

Climat et histoire.

Dipesh Chakrabarty.

Dipesh Chakrabarty est un éminent historien, digne représentant des post-colonial studies et des subaltern studies. Il est devenu une figure majeure de la pensée de l’anthropocène (cf. cette vidéo), et cela essentiellement suite à son article : « The climate of history : Four theses », Critical Inquiry, vol.35, n°2, 2009, 197-222. L’article est consultable en anglais ou en français (traduction de Charlotte Nordmann).

Le cas de Dipesh Chakrabarty semble celui d’un retournement : l’histoire, sous ses formes actuelles (post-colonial studies comprises), serait démunie face à l’anthropocène, ce moment où notre espèce prend conscience d’elle comme d’une force géologique. La conséquence est raide : toute histoire de l’anthropocène, parce qu’elle implique l’histoire profonde de la vie, relègue au second plan toutes les questions relevant de l’histoire socio-politique (dont les luttes démocratiques, etc.). Continuer la lecture de Climat et histoire.

Démocratie carbonée.

510GxpPV8lL._MITCHELL Timothy

Carbon democracy. Le pouvoir politique à l’ère du pétrole, Paris, La Découverte, 2013.

Le sujet est énoncé dans la première phrase : «les combustibles fossiles ont contribué à créer la possibilité et à définir les limites de la démocratie moderne» (7). Autrement dit, le charbon puis le pétrole ont contribué à définir les conditions de possibilité en même temps que les conditions d’impossibilité de ce que nous nommons « démocratie ». Le livre propose une histoire couplée de la démocratie et de l’industrie du pétrole au XXe siècle, histoire croisée des forces de travail (qui peuvent éventuellement cesser de travailler) et des flux d’énergie.  Nous ne reprendrons pas les éléments de cette histoire, mais dégagerons seulement quelques unes des thèses fortes du livre, à commencer par la première : apprendre à « concevoir la démocratie non comme l’histoire d’une idée ou l’apparition d’un mouvement social, mais comme un assemblage de machines » (133). Continuer la lecture de Démocratie carbonée.

L’événement Anthropocène

9782021135008Christophe Bonneuil, Jean-Baptiste Fressoz, L’événement Anthropocène, Paris, Le Seuil, 2013.

Ce livre a déjà fait événement. Il vise à contredire cette fameuse sentence testamentaire: « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font« . Or, hier comme aujourd’hui, nous savons très bien ce que nous faisons, et hier comme aujourd’hui, des choix politiques sont pris, qui ne sont pas les bons. Ce livre, dont nous proposons un résumé succinct largement nourri de citations, est avant tout un livre d’historien, mais c’est un livre d’histoire à visée politique : « Et si l’entrée dans l’Anthropocène, plutôt qu’un glissement inconscient ou bien la simple résultante de l’innovation technique (la machine à vapeur), était le résultat d’une défaite politique face aux forces du libéralisme? » (229). Continuer la lecture de L’événement Anthropocène

De l’éthique à la politique ?

Ethique de la vulnérabilité

«Aucun changement éthique important ne s’est jamais produit sans un remaniement intime de nos loyautés, de nos affections, de nos centres d’intérêt et de nos convictions intellectuelles.{…}. Dans nos efforts pour rendre l’écologie facile, nous l’avons rendue dérisoire.» (Aldo Leopold, Almanach pour un compté des sables, 1969). Tel est l’exergue choisi par la philosophe (bio-éthicienne) Corine Pelluchon dans sa note pour Fondapol, intitulée « Ecologie et libéralisme« .

L’auteur commence par innocenter les coupables habituels des philosophies de l’environnement : ni l’anthropocentrisme de la Bible, ni le rationalisme de Descartes, ni le libéralisme de Locke, ni l’autonomie des Lumières, etc. Pour repenser une  responsabilité aux dimensions de l’écologie, il faut commencer par repenser notre rapport avec les animaux et développer ce qu’elle appelle une « éthique de la vulnérabilité ». Son grand mérite est de rappeler que l’écologie, loin d’exiger une « tyrannie bienveillante » (Jonas), est une chance pour la démocratie. Continuer la lecture de De l’éthique à la politique ?

La menace écologique, un défi pour la démocratie.

Cet article, issu d’une conférence (2009), est facilement consultable en ligne et fut publié dans Y.Ch.Zarka, Repenser la démocratie, A. Colin, 2010. Pour notre propos, le titre de cet article est accrocheur, mais sa lecture n’apporte rien de nouveau à ceux qui connaissent déjà l’auteur. Jean-Pierre Dupuy ne doute pas une seule seconde de la menace écologique, mais il ne dit rien ou presque du défi démocratique à relever. L’enjeu écologique est de ne pas détruire notre milieu ou nos conditions de vie, l’enjeu démocratique est de ne pas nous détruire entre nous. Mais le second se ramène au premier, si bien que pour Dupuy le seul défi est de survivre à la menace (nommé « écologique », mais qu’on pourrait tout aussi bien appeler « technologique »). Autrement dit, le défi pour la démocratie n’a rien de fondamentalement démocratique. Continuer la lecture de La menace écologique, un défi pour la démocratie.