L’événement Anthropocène

9782021135008Christophe Bonneuil, Jean-Baptiste Fressoz, L’événement Anthropocène, Paris, Le Seuil, 2013.

Ce livre a déjà fait événement. Il vise à contredire cette fameuse sentence testamentaire: « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font« . Or, hier comme aujourd’hui, nous savons très bien ce que nous faisons, et hier comme aujourd’hui, des choix politiques sont pris, qui ne sont pas les bons. Ce livre, dont nous proposons un résumé succinct largement nourri de citations, est avant tout un livre d’historien, mais c’est un livre d’histoire à visée politique : « Et si l’entrée dans l’Anthropocène, plutôt qu’un glissement inconscient ou bien la simple résultante de l’innovation technique (la machine à vapeur), était le résultat d’une défaite politique face aux forces du libéralisme? » (229). Continuer la lecture de L’événement Anthropocène

De l’éthique à la politique ?

Ethique de la vulnérabilité

«Aucun changement éthique important ne s’est jamais produit sans un remaniement intime de nos loyautés, de nos affections, de nos centres d’intérêt et de nos convictions intellectuelles.{…}. Dans nos efforts pour rendre l’écologie facile, nous l’avons rendue dérisoire.» (Aldo Leopold, Almanach pour un compté des sables, 1969). Tel est l’exergue choisi par la philosophe (bio-éthicienne) Corine Pelluchon dans sa note pour Fondapol, intitulée « Ecologie et libéralisme« .

L’auteur commence par innocenter les coupables habituels des philosophies de l’environnement : ni l’anthropocentrisme de la Bible, ni le rationalisme de Descartes, ni le libéralisme de Locke, ni l’autonomie des Lumières, etc. Pour repenser une  responsabilité aux dimensions de l’écologie, il faut commencer par repenser notre rapport avec les animaux et développer ce qu’elle appelle une « éthique de la vulnérabilité ». Son grand mérite est de rappeler que l’écologie, loin d’exiger une « tyrannie bienveillante » (Jonas), est une chance pour la démocratie. Continuer la lecture de De l’éthique à la politique ?

La menace écologique, un défi pour la démocratie.

Cet article, issu d’une conférence (2009), est facilement consultable en ligne et fut publié dans Y.Ch.Zarka, Repenser la démocratie, A. Colin, 2010. Pour notre propos, le titre de cet article est accrocheur, mais sa lecture n’apporte rien de nouveau à ceux qui connaissent déjà l’auteur. Jean-Pierre Dupuy ne doute pas une seule seconde de la menace écologique, mais il ne dit rien ou presque du défi démocratique à relever. L’enjeu écologique est de ne pas détruire notre milieu ou nos conditions de vie, l’enjeu démocratique est de ne pas nous détruire entre nous. Mais le second se ramène au premier, si bien que pour Dupuy le seul défi est de survivre à la menace (nommé « écologique », mais qu’on pourrait tout aussi bien appeler « technologique »). Autrement dit, le défi pour la démocratie n’a rien de fondamentalement démocratique. Continuer la lecture de La menace écologique, un défi pour la démocratie.