Marx écologiste.


marx écolo
Les citations suivantes, extraites du livre de John Bellamy Foster, Marx écologiste, Paris, Éd. Amsterdam, 2011, suffisent-elles à faire d’Engels ou de Marx des écologistes ?

« Trafiquer la terre : la terre qui est la condition première de notre existence, notre Hên kai pan – a été le dernier pas vers notre transformation en objet de trafic » (Engels, Esquisse d’une critique de l’économie politique (1843-1844), Éd. Allia, 1998, p. 33).

«L’homme vit de la nature signifie : la nature est son corps avec lequel il doit maintenir un processus constant pour ne pas mourir »(Marx, : Manuscrits de 1844, Éd. Sociales, 1962, p. 31). 

«Du point de vue d’une organisation économique supérieure de la société, le droit de propriété de certains individus sur des parties du globe paraîtra tout aussi absurde que le droit de propriété d’un individu sur son prochain » (Marx, Le capital, livre 3, tome3, Éd. sociales, p. 191). Continuer la lecture de Marx écologiste.

Climat et histoire.

Dipesh Chakrabarty.

Dipesh Chakrabarty est un éminent historien, digne représentant des post-colonial studies et des subaltern studies. Il est devenu une figure majeure de la pensée de l’anthropocène (cf. cette vidéo), et cela essentiellement suite à son article : « The climate of history : Four theses », Critical Inquiry, vol.35, n°2, 2009, 197-222. L’article est consultable en anglais ou en français (traduction de Charlotte Nordmann).

Le cas de Dipesh Chakrabarty semble celui d’un retournement : l’histoire, sous ses formes actuelles (post-colonial studies comprises), serait démunie face à l’anthropocène, ce moment où notre espèce prend conscience d’elle comme d’une force géologique. La conséquence est raide : toute histoire de l’anthropocène, parce qu’elle implique l’histoire profonde de la vie, relègue au second plan toutes les questions relevant de l’histoire socio-politique (dont les luttes démocratiques, etc.). Continuer la lecture de Climat et histoire.

Démocratie carbonée.

510GxpPV8lL._MITCHELL Timothy

Carbon democracy. Le pouvoir politique à l’ère du pétrole, Paris, La Découverte, 2013.

Le sujet est énoncé dans la première phrase : «les combustibles fossiles ont contribué à créer la possibilité et à définir les limites de la démocratie moderne» (7). Autrement dit, le charbon puis le pétrole ont contribué à définir les conditions de possibilité en même temps que les conditions d’impossibilité de ce que nous nommons « démocratie ». Le livre propose une histoire couplée de la démocratie et de l’industrie du pétrole au XXe siècle, histoire croisée des forces de travail (qui peuvent éventuellement cesser de travailler) et des flux d’énergie.  Nous ne reprendrons pas les éléments de cette histoire, mais dégagerons seulement quelques unes des thèses fortes du livre, à commencer par la première : apprendre à « concevoir la démocratie non comme l’histoire d’une idée ou l’apparition d’un mouvement social, mais comme un assemblage de machines » (133). Continuer la lecture de Démocratie carbonée.