Vers une démocratie écologique.

démoecoBOURG Dominique, WHITESIDE Kerry, Vers une démocratie écologique. Le citoyen, le savant et le politique, Paris, Seuil, 2010.

Ce livre a fait beaucoup de bruit, et il existe, ici et là, des résumés, ou des compléments, comme cet article de La vie des idées : Pour une démocratie écologique.

Nos démocraties sont impuissantes à agir comme elles savent pourtant qu’elles le devraient ; ce pourquoi «le défi écologique est indissociablement un défi politique» ; «protéger la biosphère implique de repenser la démocratie elle-même». Si nous ne pouvons que saluer la prise de conscience à l’origine de ce livre, nous ne saurions partager ses solutions. Notre désaccord sur les solutions, provient d’un désaccord sur (au moins) deux prémisses théoriques : la question de l’écologie est celle de la Nature (or, ceci n’est vrai que pour un courant, aujourd’hui minoritaire, de l’écologie) ; la crise de la démocratie est une crise de la représentativité (or nous pensons que l’opposition de la démocratie participative à la démocratie représentative est une fausse piste, ou du moins n’est pas la seule).

Le problème : les Modernes 

L’idée est bien connue : le monde des Modernes était ouvert et infini, comme nos désirs, relatifs et rivés à l’immédiateté du présent ; le nôtre est à nouveau clos et fini, non seulement relativement mais absolument, et habité par l’imprévisible futur. Selon les auteurs la faute est donc à la liberté des Modernes, comprise comme jouissance privée de biens individuels. La liberté Moderne serait coupable de tous les maux : elle  privilégierait les droits au détriment des devoirs, elle n’admettrait ni limites aux désirs, ni tolérances aux normes ; elle serait synonyme de domination technique et soumission de la nature, etc. Les Anciens faisaient primer la communauté sur la liberté… les Modernes auraient-ils donc oublié toute idée de communauté ?

Il va de soi qu’une telle catégorie – les Modernes – fait fi de bien des nuances. Et bien des modernes ne semblent pas correspondre à leur définition des Modernes.

Problème économique ou problème politique ?  

«Les problèmes d’environnement contemporains présentent cinq caractéristiques dont chacune met à mal le principe même du gouvernement représentatif  : le rapport à l’espace, au sens des frontières politiques, mais aussi des conséquences de nos actions ; l’invisibilité des problèmes écologiques ; leur imprévisibilité ; la dimension temporelle, sous la forme des conséquences à long terme de nos actions ; la qualification même des difficultés écologiques» (10).Or sur cette qualification, les auteurs écrivent que «l’essentiel de nos difficultés ne relève plus à proprement parler de pollutions, mais de flux et de limites». «Alors que les problèmes de pollution se traitent en produisant mieux, ceux relatifs aux flux exigent que l’on consomme moins. L’idée que la technologie seule pourra nous sauver relève dès lors de la croyance» (16-17).

Ces cinq caractéristiques, selon les auteurs, rendent le peuple incapable de juger de la réalité et de l’ampleur de la crise écologique. «Pour connaître certains effets de mes actions, je dois m’en remettre à des tiers, aux résultats de la recherche scientifique. Il n’est plus de conscience immédiate possible des conséquences de mes propres agissements et, tout particulièrement, de leurs effets sur autrui. Je ne peux plus ainsi m’ériger en juge ultime de certains politiques publiques: tout un pan de la réalité échappe à ma capacité spontanée d’appréciation, alors même que je contribue à façonner cette réalité. Le principe du gouvernement représentatif, le renvoi au jugement ultime du citoyen, se trouve mis à mal».

Si le problème est l’augmentation des consommations de ressources corrélatives à l’augmentation du PIB, alors le problème n’est pas d’abord institutionnel. Certes, on peut bien affirmer que «le gouvernement représentatif a été conçu pour faciliter l’accumulation générale de richesses matérielles, pour maximiser leur production et leur consommation. On ne saurait imaginer de contradiction plus frontale» (18). Cela dit, on peut se demander pourquoi les auteurs n’envisagent jamais la possibilité d’un gouvernement représentatif qui lutterait contre la croissance. Bref, la question de fond à traiter, et qui est ici évacuée, nous semble être le lien  historique et philosophique entre démocratie et capitalisme.

Le problème : la démocratie représentative.

«La représentation politique est enracinée dans des présupposés éthiques, territoriaux, temporels et scientifiques qui appartiennent à un passé révolu» (42). Ici les deux auteurs mobilisés sont Bernard Manin et Nadia Urbinati (cf. La démocratie représentative est-elle représentative). Après avoir exprimé les contradictions, entre la liberté (des modernes) et la finitude (de la biosphère), les auteurs affirment d’une part la coalition (coupable) entre la représentation et les intérêts (car selon eux, ne démordant pas de leur référence à Constant, la représentation démocratique est synonyme de représentation des intérêts) ; et d’autre part la contradiction (coupable) entre la représentation et la nature : «la représentation ne se distingue pas seulement du fait d’être présent (c’est-à-dire d’exprimer sa propre volonté directement, sans intermédiaire) ; elle se définit intrinsèquement en opposition à la nature» (54).

Certes, nous ne pouvons que regretter avec les auteurs qu’«une nouvelle politique énergétique pour les États-Unis risque d’être bloquée, voire enterrée, parce que les voix d’une poignée de représentants d’une région marginale feront défaut. Tant pis pour les ‘‘petits-enfants’’ du monde entier». Mais suffit-il, si l’enjeu est de changer de politique énergétique, de faire appel aux institutions méta-représentatives ? Et plus fondamentalement encore, les auteurs ne confondent-ils pas représentation et électoralisme? 

Le gouvernement représentatif pêche dans son rapport à l’espace et dans son rapport au temps. Le premier problème fondamental serait l’assise territorial du gouvernement représentatif. Preuve historique à l’appui, ils montrent que «la représentation renforce l’identification des citoyens à un État territorialement délimité». Ils critiquent la solution biorégionaliste (car souvent les régions géographiques, climatiques, biologiques et culturelles ne se recouvrent pas), de même qu’ils critiquent la solution d’un recours aux représentations suprationales, comme l’Union Européenne, car «le bilan de ce modèle met davantage en lumière ses difficultés que ses atouts», «c’est le prix à payer pour un modèle qui se contente de réformer la territorialité représentative moderne au lieu de rénover profondément ses formes habituelles» (69). Le second problème fondamental serait sa cécité au long terme : «le futur reste la circonscription négligée de la politique représentative moderne» (71). Certes, il y a bien des partis (Les Verts) qui sont sensibles aux problèmes globaux-transversaux, et au long-terme mais «une fois lancés dans la conquête du pouvoir représentatif, ils doivent se positionner par rapport à tous les autres grands dossiers : l’éducation, la défense, la réforme de sécurité sociale, etc. Du coup, ils sont rattrapés par les enjeux du présent et la ‘myopie’ du système représentatif les guette» (72). «Notre propos est de relever que même les partis les plus explicitement écolo-futuristes ont le plus grand mal à échapper à la tyrannie du présent qui menace la démocratie représentative» (73). Leur conclusion est donc sans appel : «Notre analyse des bases territoriales et temporelles de la représentation nous amène à une conclusion déconcertante : ce n’est pas une représentation défectueuse, mais la représentation en tant que telle qui pose problème par rapport aux grands défis environnementaux» (73).

La solution : modifier la constitution et encourager la participation!

La première des solutions est l’appel aux forums citoyens : «la démocratie écologique relaie la représentation moderne dans sa volonté d’éviter d’éventuels abus de pouvoir. Pourtant, elle s’écarte fondamentalement du modèle de la représentation moderne en cherchant à étendre et à stimuler la participation citoyenne, et non à la tenir à distance» (60). Outre la participation des citoyens à des décisions touchant leur rapport à la nature, les auteurs préconisent la participation collective des ONGE, Organisations Non Gouvernementale Environnementale (ex. WWF ; World Resources Institute ; Fondation Nicolas Hulot). «Nous proposons d’introduire systématiquement des ONGE dans les institutions publiques ou gouvernementales qui encadrent les secteurs touchant à l’environnement» (75). «Pour contrebalancer le penchant national-présentiste des institutions représentatives, il faut dépasser les consultations ‘néo-corporatistes’ environnementales existantes» (76). «Notre stratégie générale viserait à associer des pratiques démocratiques diverses – appel à la société civile, tirage au sort, mécanismes favorisant la délibération- pour créer un ensemble institutionnel spécialement adapté aux enjeux de la question naturelle» (78). «On peut distinguer quatre types de dispositifs pour corriger les tendances court-termistes de nos institutions représentatives : l’introduction de considérations écologiques dans l’ordre constitutionnel ; l’extension de la définition du rôle patrimonial de l’État ; l’institution d’une ‘Académie du futur’  ; le développement de procédures participatives» (88). «Si l’on veut d’un côté permettre à cette Académie d’éclairer scientifiquement les décisions publiques et, de l’autre, éviter quelque ‘expertocratie’, il convient de confier à une assemblée populaire, le nouveau Sénat, le soin d’établir la médiation entre l’état des connaissances environnementales et la prise de décision publique» (89). Cette Académie, composée de scientifique dont les compétences permettent une forme de monitoring planétaire, exercerait une forme d’ «impartialité démocratique».

Une solution évoquée, mais oubliée.

Critiquant la soutenabilité faible de Robert Solow («Sutainability:An Econmist’s Perspective», 1993), les auteurs rappellent à juste titre que d’une part, «la nature ne se réduit pas un stock de ressources, elle nous fournit des services écologiques dont certaines ne sont pas substituables» ; d’autre part, «seules des règles enchâssant la consommation peuvent garantir in fine l’efficacité de nos techniques en matière d’économie des ressources. La croyance en la toute-puissance des techniques relève d’une pensée magique» (37). «Sur un autre plan, une démocratie écologique suppose un modèle macroéconomique Prospérité sans croisssancequi ne serait plus un modèle de croissance et qui concilierait emplois, faible consommations de ressources et modération consumériste. Un tel modèle n’existe pas encore et les efforts pour le produire sont insuffisants. Nous n’ignorons pas non plus que les institutions ne sauraient tout faire» (98). Quoiqu’ils évoquent le livre de Tim Jackson, (Prospérité sans croissance), les auteurs n’insistent absolument pas sur cet « autre plan ».

Après nous avoir rappeler que la démocratie écologique exige de changer les modes de production et de consommation, les auteurs affirment que «l’opposition droite/gauche se déplace elle-même vers la gauche sous la pression des enjeux environnementaux» «On ne saurait continuer durablement à produire de la richesse et, plus encore, à en bénéficier, sans faire valoir à nouveau une logique commune et collective, indépendante du marché, visant à soustraire à l’arbitraire individuel et  à la compétitivité ces nouveaux biens publics, en réalité indisponibles, que sont le climat, et la biodiversité, etc.» (104). Nous sommes d’accords, mais nous doutons que la solution soit dans la représentation des ONGE au parlement.

Le citoyen, le savant, et le politique.

Dans un quatrième chapitre (« Pour une bioconstitution »), les auteurs abordent la question du rapport entre science et politique.Le «modus vivendi entre la représentation moderne et la technoscience a fini par devenir hautement problématique» ; «parce qu’elle est intrinsèquement vouée à instrumentaliser le monde, la science ne peut plus apparaître comme le conseiller impartial de l’action collective» (83). La technoscience serait à la fois l’origine du problème et l’élément de sa solution. Mais selon eux, le problème semble la puissance (donc la technique), et la solution semble la connaissance (donc la science), ce pourquoi ils distinguent la science agissante et la science éclairante. La science éclairante «ne comporte pas les mêmes risques de détournement de la chose publique par une partie de la société. Pourtant la coproduction des connaissances ne semble guère possible ; elle est même inopportune. Enfin, la science éclairante, en matière environnementale, remplit une fonction nécessaire d’appréhension du présent et du futur, là où l’auto-interprétation citoyenne est totalement défaillante» (87). Or, selon nous, cette distinction entre science agissante et science éclairante est une manière de ne pas comprendre le concept de technoscience qui refuse précisément cette distinction. Quant à la place de l’économie dans cette technoscience elle n’est pas questionnée, et c’est dommageable car les auteurs auraient pu alors distinguer ce qui relève de la technique et ce qui relève du système économique qui les utilise.

Les citoyens auraient besoin d’être éclairés par la science : «Il ne saurait être question de résoudre ‘démocratiquement’ les problèmes d’environnement en renonçant à la science, tout comme il ne saurait être question de ‘démocratiser’ la science en faisant intervenir systématiquement la volonté populaire dans le processus d’évaluation des hypothèses scientifiques» (84).  L’opinion-publique est incapable d’avoir un juste avis de la crise écologique et du changement climatique global : «La remise en cause du GIEC lors du sommet de Copenhague en décembre 2009, le déferlement de climatoscepticisme en France au début de l’année 2010 mettent en lumière l’absurdité qu’il y aurait à vouloir laisser trancher l’opinion publique en ces matières» (84). «L’auto-interprétation des citoyens par rapport à leurs problèmes et à leurs aspirations perd son efficacité, comme nous l’avons vu, sur des questions telles que le changement climatique ou les pesticides, pratiquement invisibles à la perception ordinaire» (86).

Conclusion.

Ce livre a le mérite de nous rappeler l’impuissance de l’électoralisme à considérer les problèmes écologiques (long-termes, globaux, communs, etc.). Mais il nous semble pêcher sur sa conception de la démocratie, trop restrictive, et sur sa conception du peuple, trop élitiste. Les vertus de la démocratie semblent uniquement délibératives : informer et débattre. Ce qui ne peut manquer de surprendre le lecteur, c’est qu’après avoir dit tant de mal de la démocratie représentative, les auteurs se contentent «d’enrichir le fonctionnement parlementaire par l’institutionnalisation des ONGE et par l’introduction de procédures semblables aux conférences de citoyens» (96). Mais si la démocratie représentative est le mal, ce n’est pas en l’accommodant qu’on s’en sortira. Ce livre qui est censé interroger les liens entre démocratie et écologie ne dit pas un mot des liens entre luttes sociales et écologie. Si nous ne saurions approuver l’ensemble de la critique de Fabrice Flipo, il faut bien reconnaître que «la « question sociale », jugée cruciale par de nombreux écologistes, est donc traitée par Bourg et Whiteside comme un encombrant « présentisme » qu’il s’agirait de surmonter» (Nature et politique, 2014, p. 106). De ce point de vue, la position des auteurs est celle d’un réformisme mou. Selon nous, cette position oublie que la question écologique n’est pas tant celle de la nature que celle des commons, et que la question démocratique n’est pas tant celle de la participation vs. représentation que celle de l’autonomie socio-technique.


Une réflexion sur « Vers une démocratie écologique. »

  1. Un autre angle de vue qui peut être aussi une grille d’explication à ce « réformisme mou » : le chapitre 7 (« Quand le « développement durable » rencontre la « gouvernance »… :
    Un vecteur de renouveau démocratique ? »), dans Y. Rumpala, Développement durable ou le gouvernement du changement total,
    Lormont, éditions Le Bord de l’eau, collection « Diagnostics », 2010.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *