1946. Bikini et la séduction atomique.

U.S. military observers watch the explosion during Operation Crossroads Baker, a nuclear test conducted on Bikini Atoll on July 25, 1946. This was the fifth nuclear explosion ever, after two other tests and the two bombs dropped on Hiroshima and Nagasaki. (U.S. Department of Defense).
U.S. military observers watch the explosion during Operation Crossroads Baker, a nuclear test conducted on Bikini Atoll on July 25, 1946. This was the fifth nuclear explosion ever, after two other tests and the two bombs dropped on Hiroshima and Nagasaki. (U.S. Department of Defense).

Il est tout à fait possible de faire de la bombe atomique le début de notre prise de conscience anthropocénique. »Bien avant les images de la Terre vue de la Lune, la bombe atomique apparaît comme l’événement qui unifie la condition humaine et la Terre » (Bonneuil, Fressoz, 2013, p. 96).

G.Anders, dans Hiroshima est partout : « Ta tâche consiste donc à réduire l’espace qui existe entre tes deux facultés : celle de faire des choses et celle de les imaginer ; à combler le vide qui les sépare ; en d’autres termes, il te faut de toutes tes forces augmenter la capacité de ton imagination (et celle, encore plus réduite, de tes émotions) jusqu’à ce que ton imagination et ton émotion soient capables de prendre conscience de la monstruosité de tes actes ». Pour comprendre l’opération CrossRoads et ce qu’il s’est passé à Bikini en 1946, on aurait tout aussi bien faire référence au « Monde comme fantôme et comme matriceConsidérations philosophiques sur la radio et la télévision » (1956) (cf. L’obsolescence de l’homme, 2002, p.117-241).

Le but de ce billet est d’insister sur l’idée qu’en 1946, les essais nucléaires de Bikini et le maillot de bain du même nom, participent de la même séduction. Le bikini tue l’érotisme et laisse place à la séduction, car il ne laisse plus rien à imaginer. La Bombe H participe de la même séduction. Par « séduction », nous faisons écho au regretté Jean Baudrillard : « Séduire c’est mourir comme réalité et se produire comme leurre » (De la séduction, p. 98). 

Bikini n’a pas eu lieu

D’Hiroshima nous n’avions qu’une photo et de Nagasaki aucune. Il fallait remédier à cela. Ce fut fait : « Quoiqu’il en soit, l’Opération Crossroads, a été le plus grand spectacle cinématographique de l’Histoire« . Tels furent les mots, par lesquels se concluait le reportage de la télévision américaine sur l’Opération Crossroad. Car la belle photo que vous pouvez voir ci-dessous est avant tout un spectacle cinématographiquesavamment orchestré et mis en scène par l’US Army.

Explosion Baker (25 juillet 1946) sur l'atoll de Bikini (îles Marshall).
Explosion Baker (25 juillet 1946) sur l’atoll de Bikini (îles Marshall).

L’excellente émission « Mystère d’archives » est récemment revenue sur ce beau spectacle. Toutes les images télévisuelles relatives à la préparation de l’explosion et à la rencontre avec les habitants de Bikini ont été reconstituées à la sauce impériale. Quant à l’explosion proprement dite, elle a été pensée comme une scène de cinéma bien cadrée, et les rares spectateurs ont été choyés et mis en scène – même, si pour des raisons techniques, ils furent déçus par ce spectacle! Si bien que tout nous porte à dire que c’est l’image de la bombe qui a crée la bombe, ce pourquoi nous pouvons la qualifier, à la manière de Baudrillard, de simulacre.

Bombes anatomiques.

Nous sommes dans les années 1940, et la langue française n’est pas indemne du projet Manhantan : les femmes attirantes s’appellent désormais des «bombes» et tout ce qui est un tant soit peu intense est désigné comme «atomique», ainsi d’un maillot de bain nommé atome (Jacques Heim) et d’un autre nommé bikini (Louis Réard).

louis-reart-et-le-bikini
Louis Réard et son bikini

C’est le 4 juillet 1946, que Louis Réard, présenta pour la première fois son modèle de maillot de bain, révolutionnaire pour l’époque, à la piscine Molitor à Paris. Seule une célèbre danseuse nue du Casino de Paris (Micheline Bernardini), accepta de porter le maillot. Louis Réard baptisa celui-ci du nom de l’atoll de Bikini, où venait de se dérouler un essai nucléaire américain. Il déposa le nom. Ce maillot, vendu dans une boîte d’allumettes, fut commercialisé avec le slogan : « Le bikini, la première bombe anatomique ! ». Comme on le faisait déjà remarquer à l’époque, le prix de ce ridicule bout de tissu correspondait au tiers du salaire d’une dactylographe. Et le bikini a mis plus d’une décennie à rentrer dans les moeurs. Mais Louis Réard a tout de même gagné son pari : son coup de marketing a fonctionné. La consommation de masse a voilé la destruction de masse.

En 1946, le marketing a pris le dessus, à l’US Army comme à Paris. Dans cette société de consommation qui est encore la nôtre (et nous consommons avant tout des images), la bombe anatomique et la bombe anatomique participent de la même séduction.

Les bikiniens.

Mais les images ne reflètent qu’elles-mêmes… Un jour de février 1946, le gouverneur militaire américain a donc rassemblé les 167 habitants de Bikini et leur a annoncé qu’ils devaient partir de leur atoll où les Etats-Unis devaient faire des essais atomiques « pour le bien de l’humanité et pour la fin de toutes les guerres ».

Exode des habitants de Bikini (photo : Carl Mydans)

Le 7 mars 1946, tous les habitants de Bikini furent évacués par un navire américain. Depuis le pont du bateau, les bikiniens virent leur maison brûler – pendant que l’homme blanc rangeait ses pellicules. Sur le bateau, ils ne savaient pas encore qu’ils ne pourraient plus jamais revenir sur leur îles. Aujourd’hui, Bikini est dépeuplé de ses anciens habitants, et outre quelques vétérans nostalgiques de leurs spectacles, le tourisme ne marche pas fort! 67 expériences nucléaires dont 23 explosions de bombes A et de bombes H ont été effectuées entre 1946 et 1958. Trois îles seront rayées de la carte durant ces expériences. Son introduction en 2010, au  Patrimoine Mondial de l’UNESCO, en tant que « symbole de l’entrée dans l’âge nucléaire », participe encore de ce simulacre. De Bikini, on peut dire qu’il n’en reste plus que la pancarte, celle-ci faisant office de réalité.

Bikini, site touristique (Photo: Ron Van Oer, pour l’UNESCO).

L’hymne de Bikini a été créé par Elder Lore Kessibuki, en 1947, alors que les Bikiniens étaient en exil à Rongerik. Il commence ainsi : « Je ne peux plus rester debout, c’est la vérité ! » (source : http://www.bikiniatoll.com/). La vérité, c’est que nous qui mettons une arme (de destruction massive) et un string (de consommation massive) sur le même plan (télévisuel), nous qui mettons en scène un beau spectacle avec des gentils indigènes et jolies bombes, nous qui vivons dans la séduction, le simulacre ou le leurre, nous restons debout! Jusqu’à quand?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.